Charte des Fêtes des Rêves, des Reines & de la Nuit

Les Fêtes des Rêves, des Reines & de la Nuit
sont libres et ouvertes à tous et à toutes,
sans distinction aucune.

(Nouvelle version / 1er juin 20)                                                                                                                 Toute personne qui le désire peut se relier aux Fêtes des Rêves, même si elle est seule et qu'elle reste chez elle. On peut aussi fêter les rêves et les reines, et célébrer cette nuit-là en couple, en famille, entre amis, au sein d'un groupe quelconque, privé, sélectif ou public : toutes les combinaisons sont possibles... Ce qui  importe  étant, d'abord,de se relier en conscience à cette entreprise, surtout le 7 au soir ; ensuite, le 8 au matin, de partager ses rêves éventuels avec son entourage ; enfin, d'envoyer rapidement, sur le site, tous les rêves de cette nuit fameuse.  Ce partage des récits oniriques est fondamental et révélateur, car il arrive bien souvent que le rêve de l'un s'éclaire par celui d'un autre, et réciproquement. Quand tous les participants à ces Fêtes envoient leur(s) rêve(s) sur le site, chacun peut bénéfic ier des récits oniriques des autres : ainsi une résonance subtile s'établit au-delà de l'espace et du temps. 

       Les Fêtes des Rêves ne sont attachées à aucune religion, idéologie, politique, système de pensée ou pratique exclusive. Elles ne peuvent être, en aucun cas, le tremplin d'une quelconque propagande, car la fête, comme le rire, le sourire ou le don, ne saurait s'aliéner dans une intention militante. Libres comme les rêves qui viennent à tout le monde, ces réjouissances demeurent, dans le principe, ouvertes à tous. Cependant, à l'occasion, elles peuvent intégrer telle ou telle cérémonie, telle ou telle pratique ou rituélie, et se teinter d'une tendance culturelle orientée, en fonction de caractéristiques locales, temporelles ou particulières, sans que cela ne gêne, le moins du monde, l'esprit de ces Fêtes, à condition qu'il n'y ait aucun accaparement exclusif.

     Toute personne qui le désire peut organiser une Fête des Rêves, là où elle veut et comme elle le veut. Cependant :

  1. 1 - Qu'il soit bien clair que cela se passe sous sa propre responsabilité, pleine et entière, avec les moyens qu'elle apportera ou pourra trouver, sans qu'aucune réclamation ou contestation, de quelque nature que ce soit, puisse être opposée à l'auteur de ce texte et de ce site.
  2. 2 - Que le tempo soit respecté, à savoir :
    - la journée du 7 juillet, et surtout le soir, un temps pour célébrer avec art, dans une ambiance inclusive et festive, les Rêves, les Reines et la Nuit.
    - le 8 au réveil, un temps pour se raconter mutuellement les rêves en partageant les Croissants des Reines. Puis, le reste de la journée pour les échanges, animations, ateliers et autres.
  3. 3 -  Que tous les participants à ces Fêtes, où qu'ils soient,  envoient leurs récits de rêves sur www.fetedesreves.com qui servira de référence mondiale et de carrefour, afin que tout le monde puisse en profiter.
  4. 4 - Enfin, que si la Fête que vous souhaitez lancer est publique ou semi-publique, le ou les gestionnaire(s) du site soi(en)t prévenu(s) à temps afin que l'information soit relayée ici-même, et que les relations avec les autres Fêtes puissent être fertiles... Ce site ayant, justement, vocation à aider et relayer toute tentative de lancement d'une Fête quelque part.

    Tel est, au minima, l'esprit de ces Fêtes des Rêves, des Reines et de la Nuit ...
       ...qu'il s'agit de ne pas gâcher par mercantilisme, vulgarité ou prosélytisme (fut-ce-t-il pétri de 'bonnes intentions'), puisqu'il s'agit, avant tout, de reconnaître cet esprit et de s'en réjouir à coeur ouvert.   

DEVELOPPEMENT DES FETES DES REVES...

        Comment développer ces Fêtes ? En en respectant au mieux l'esprit ! Or, cet esprit, c'est d'abord celui de la célébration festive du 7 juillet au soir, et c'est, ensuite, le partage des rêves le 8 au matin, avec son entourage immédiat. Etant entendu que ce partage se fait aussi par l'envoi de son rêve sur ce site.

     L'esprit veut une forme qui lui corresponde. (Nos Fêtes ne devraient pas ressembler à ces fêtes ordinaires qui se répètent partout, petites orgies d'artifices bruyants et de recettes formatées). L'impulsion première étant centrée sur la Fête (la joie), le Rêve (l'imaginaire), les Reines (le féminin) et la Nuit (l'autre côté des choses)... De quoi s'agit-il ?

     De remettre en jeu, pleinement,  le sens de la Fête, du Rêve, des Reines et de la Nuit à l'occasion d'un rendez-vous annuel. De reconnaître l'importance des Rêves et celle de la Nuit, écrin des Rêves et robe des Reines, et de les célébrer. Chacun a droit à l'intégrité de son être, plein, entier et non déformé. Et l'accès est libre. Pour tous. Le rapport est individuel, mais la relation est collective. Par conséquent, tous, nous avons droit à ce que le Rêve reprenne sa place, qui est celle d'un contrepoint infiniment respectable du monde "éveillé" ordinaire, en interaction constante avec celui-ci. Et tous, nous avons désir que le Féminin tienne sa place, en complémentarité dialectique du Masculin et en Harmonie. Et tous, nous avons envie que la Nuit soit reconnue pour ce qu'elle est, sans se retrouver dénaturée ou affadie, et qu'elle soit intégrée dans sa souveraineté silencieuse.

     Aucune coloration supplémentaire n'est nécessaire. Nul besoin d'ajouter une idéologie quelconque. Il n'est pas opportun de se servir des Fêtes comme d'une plateforme pour développer sa propagande, ses idées ou ses croyances. Car, cette Fête-là n'est pas plus ceci que cela... L'engagement de chacun ne regarde que soi-même.

     Bien sûr, cependant, si vous le ressentez mieux ainsi, vous pouvez orienter cette Fête en votre coeur, dans le sens que vous souhaitez ; ou vous pouvez, dans votre clan préféré, lancer une Fête qui sera, alors, de telle ou telle obédience... Mais, si la Fête est publique, elle devra rester exempte de toute chapelle, et se dérouler pure, bienveillante et libre... 

                                           L'enjeu étant de lancer une nouvelle sorte de fête                                                                             pleine d'esprit, de mystère ou de coeur,                                                                         et profondément libre...

Cette fois, laissons tomber les recettes du passé et les recettes exotiques.

Ce pourquoi, l'animation la mieux adaptée à cette liberté bienveillante et pure, est :

   l'ART - la PAROLE - le SILENCE-   
Tous les Arts, toutes les Paroles, tout le Silence...

Afin que les Fêtes des Rêves, des Reines et de la Nuit                                                            soient traversées de fééries inspirantes, et rayonnent.

             .       .       .       .       .       .       .       .       .       .       .       .       .      .       .            

L'ART

     On privilégiera les surgissements artistiques offerts et partagés au sein des bandes qui se retrouvent ça et là, plutôt que les spectacles proprement dit. Car le spectacle, dans sa forme habituelle, coupe les gens en deux parties : les acteurs en représentation et les spectateurs, essentiellement passifs. Alors que les surgissements artistiques, préparés ou improvisés, en sillonnant le groupe, l'ensemencent et le font bouger.

LA PAROLE

      Les échanges de paroles en tous genres remettent en mouvement notre humanité dans sa sociabilité incontournable et potentiellement féconde. Et la voix sous toutes ses formes - qui est à l'humanité debout ce que le parfum est à la fleur qui s'ouvre - témoigne du mystère de la présence en nous.

     Que résonne, dans la Nuit des Rêves, le verbe vivant porté par des voix parlées, soufflées, chantées, chuchotées, criées, murmurées...

LE SILENCE

       Enfin, le silence resitue notre humanité dans sa transcendance naturelle et son immanence essentielle.

  Que rayonne alors  le silence nacré, écrin de cette aventure...   

                                         .       .       .       .       .       .       .       .       .       .       .       .                                                                                        

       A trouver des lieux inspirants pour les Rêves, les Reines et la Nuit.  A créer sur place une atmosphère onirique, en ferveur et en fraîcheur, en légèreté et en gravité, en liberté et en reliance, par les moyens artistiques, par la puissance de la parole et par les trésors du silence, principalement.

     A inventer des rituels de jeux nouveaux, en toute innocence, accordés au moment, interactifs et surprenants.

      C'est l'occasion de redevenir un primitif conscient qui se rapproche de son Rêve, de sa Reine et de sa Nuit... Ces trois mots sont les seuls foyers vibrants (non des catégories fermées, exclusives, non des solutions ou des buts, mais des expressions dialectiques, chacun de ces termes contenant son opposé complémentaire...). Et ceci, non pour promulguer une idolâtrie nouvelle, mais pour concourir à opérer un réajustement fondamental. ludique et salutaire au sein d'une civilisation bancale, qui néglige ses Rêves, détourne ses Reines à des fins bassements publicitaires, et refoule avec ses peurs ses Nuits.

      Afin que le silence soit peuplé, et que le peuple soit silencieux, et le Peuple du Silence couronné .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   .   . 

                                                                    Le Trouvadour,                                                                                                                                                                                                                                                                   (nouvelle version du 1er juin 2020, à Die).